Chasaadd

  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

1 français sur 4 donne de l'argent

e-donateursLa première étude réalisée en France sur la donation sur internet met à mal quelques clichés.

A quoi ressemble le donateur du XXIe siècle? Un jeune, dynamique, qui relaie sur Twitter la bonne cause du jour, tout en en partageant un appel au dons sur Facebook? N'en déplaise aux ONG qui veulent voir les jeunes internautes comme leurs relais sur le web, la réalité est toute autre! C'est en tout cas ce qu'affirme une récente étude (à télécharger ici en PDF) réalisée par l'Ifop et l'agence Limite, et qui vise à dessiner le profil type du "e-donateur".

Des résultats surprenants

Selon ce document, 23% des Français, soit près d'un quart, déclarent donner en ligne à une association caritative ou à une ONG, dont 7% régulièrement et 16% de temps en temps. L'idée selon laquelle la toile serait un terrain de jeu gardé par la nouvelle génération est mise à mal: parmi ces donateurs, un tiers

ont plus de 65 ans. Et c'est même chez les moins de 35 ans que le don par internet est le plus faible.

Les ONG déplorent parfois le fait que les donateurs ne se sentent concernés que par les grandes catastrophes et situations d'urgence, telles que le Tsunami de 2004 en Asie du Sud-est, ou le tremblement de terre en Haïti cette année. Là encore, l'étude tend à démontrer le contraire: 87% des "e-donateurs" soutiennent une association ou une cause, hors situation d'urgence.

Un secteur en devenir

Cette tendance semble se poursuivre, puisque 89% des "e-donateurs" interrogés estiment que "l'argent donné est bien dépensé". Mais l'action "online" n'est encore qu'a l'état embryonnaire. En effet, seule une minorité des "e-donateurs" passe par les réseaux sociaux, que ce soit pour recommander une cause, ou pour donner directement.

Selon les ONG interrogées, Internet représente 3% de la collecte en valeur et en nombre de donateurs, et 1% du budget marketing total. Bien qu'ils semblent minimes, ces chiffres suivent une courbe de développement encourageante, puisqu'ils ont augmenté entre 2008 et 2010.

Quasiment toutes les associations déclarent qu'Internet sera principalement utilisé pour prospecter et recruter de nouveaux donateurs en 2010. Comme l'étude le souligne, "le coût d'acquisition" d'un donateur sur internet est 4 à 5 fois inférieur par rapport aux méthodes classiques. Un chiffre qui encourage évidemment les ONG à investir le web.

 Article copié du site YOUPHIL http://www.youphil.com/fr