Chasaadd

  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size
Chasaadd

Septembre 2013 : double occasion de faire connaitre la Chasaadd

Le samedi 7 septembre, la Chasaadd France tenait un stand lors de la fete des associations. C'était l'occasion de faire connaitre notre action et de nouer de bons contacts avec les visiteurs intéressés par le développement paysan en Afrique, et notamment les élus locaux : la communauté du Pays d'Aubagne finance, il faut le rappeler, le puits de Akono . Merci à Annick, Celine, Bernadette et Jean-François, membres du conseil d'administration, pour ce temps passé.


A signaler aussi la récente production d'un film auquel la Chasaadd participe, au sein d'un collectif de 9 associations du Pays d'Aubagne, pour lutter contre les paradis fiscaux. Ce film est visible ici ou encore sur le site de com'etik : il est possible d'agir au niveau local pour retrouver des ressources . 200 milliards sont détournées chaque année, soit 10 fois l'aide au développement.

.

 

Aout 2013 : Grace au changement de transformateur, la couveuse peut fonctionner

Les deux premiers tests de fonctionnement de la couveuse avaient été non concluants. Le troisième test a enfin montré des résultats probants : depuis le changement de transformateur électrique de la zone, la pièce peut être maintenue à 37°7, température nécessaire à la couvaison, naturellement produite par la poule.

Le problème du fonctionnement de cette couveuse ne se situait donc ni au niveau d’une quelconque faiblesse de son générateur de chaleur, ni au niveau d’une faiblesse de sa capacité d’isolation, mais plutôt au niveau des insuffisances de la fourniture en électricité dans le secteur abritant la CHASAADD-M dans la ville de MFOU.

C'est ce qui ressort du test effectué pendant une journée par Patrice Abessolo, ingénieur agronome, chargé de la production à la CHASAADD-M.

Jérôme va lui écrire  pour lui proposer un test en vraie grandeur avec une cinquantaine d’œufs pour commencer.

 


 

juin 2013 : Le détail du premier puit

Sur le site d'un puits construit par le passéLe premier des sites proposés pour le forage d'un puit "d'eau potable mécanique à pompe manuelle", selon la formulation complète de la Chasaadd Cameroun, est celui de Nkolo kono2. La "fiche-navette" demandée par la Chasaadd France a été dûment remplie : cartographie du village, nombre et nom des villageois impliqués, devis et convention de financement (80% Chasaadd France, 10% chasaadd Cameroun et 10% villageois). La visite dans les villages, équipés ou non, d'Annick (sur la gauche  photo) et de Jean- François en octobre a d'ailleurs contribué à mettre de la méthode dans ce travail de cadrage préalable.

250 personnes éviteront des trajets de 2 km pour s'approvisionner en eau potable. Outre le gain de salubrité, cela allègera d'autant le travail des femmes et des enfants.

 

 

Juillet 2013 : la négociation a fait baisser le prix du puit

signature du bon de livraisonLe prix du puit de Nkolo kono2 est passé de 6,2 à 4,5 millions de francs CFA grace à la négociation entreprise par Edith de la Chasaadd Cameroun  à son retour de maternité. Cela donne 6860 euros.

Le devis présenté en janvier par l'entreprise Otelé s'élèvait à 6 200 000 francs CFA soit un peu moins de 10 000 euros. Cette entreprise a une bonne réputation, elle a déjà réalisé de nombreux puits dans la région avec le financement de l'association suisse qui nous a précédé. Son prix comprend, outre le forage, le busage, et la pose de la pompe, la sensibilisation de la population et la formation de trois personnes à la maintenance (point essentiel de tout investissement sur la durée). La somme était tout de même plus importante que ce à quoi nous nous attendions.

Il y a déjà 300 000 FCFA sur un compte postal du village, et il faudra faire une deuxième collecte. Il reste maintenant à lancer le travail rapidement, pour que la subvention accordée début 2013 dans le cadre d'un appel à projet lancée par la Communauté d'agglomération du pays d'Aubagne et de l'Etoile puisse être utilisée.

La photo montre le site choisi pour le forage par les villageois en octobre dernier.

 

Mai 2013 : Un compte bancaire spécifique a été ouvert à Yaoundé

Enfin le premier virement vient d'être effectué par notre banque sur le compte d'Epargne BICEC à Yaoundé. Cela vient couronner plusieurs mois de démarche pour clarifier et optimiser les relations comptables entre la Chasaadd France et la Chasaadd-M au Cameroun. L’argent que nous versons gardera toute sa traçabilité.

La création de ce compte bancaire a été confrontée à plusieurs obstacles : établissements des bons contacts dans les agences bancaires correspondantes des deux pays, constitution d’un premier dossier qui s’est perdu lors de l’expédition, mauvais numéro transmis (un chiffre inversé…) lors du deuxième envoi par DHL, indisponibilité ponctuelles des uns et des autres et changement d'interlocuteur à la BPPC suite à une promotion de notre correspondant…

Pour les prochains virements, tout est désormais calé, c’est un grand pas. Bref, quand on est motivé, il faut perséverer.

Pour tenir à jour nos comptabilités, les retraits seront convenus ensemble en fonction de nos engagements respectifs. La convention d'utilisation du compte, signé conjointement par Elisabeth et Edith Atangana, doit nous parvenir très rapidement.

 


Page 5 sur 6