Chasaadd

  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size
Actualité

Décembre 2010 : Des thermomètres vont être achetés pour fabriquer une couveuse

thermomètre société Alla

 Pour conforter le projet « poussin », le bureau a décidé d’y ajouter l’achat de thermomètre, pièce maîtresse dans la construction d’une couveuse.

En effet, nos 300 poussins, une fois parvenus à maturité, vont eux-mêmes produire : nous tablons sur 1000 à 1500 œufs par semaine. Comme l’éclosion demande trois semaines, il faut une couveuse capable d’accueillir au moins 3000 œufs. Ça fait un sacré volume, bien plus important que ce que peut contenir la vieille couveuse présente à Mfou !

Plutôt que d’acheter trois incubateurs (30 000 € !), ou de faire appel à une écloserie locale (pas toujours fiable), Elisabeth Atangana préfère que la Chasaadd Cameroun fabrique un incubateur « maison ».

Il suffit ( ?) pour cela d’isoler une pièce et de la maintenir à la bonne température. S’il fait trop chaud, des ventilateurs et un tissu humide rafraîchissent la pièce. S’il fait trop froid, une résistance électrique se déclenche. La pièce maîtresse de cette installation, rudimentaire mais éprouvée, est le thermomètre : en effet, si la température passe de 37 à 39° pendant trois heures, les œufs cuisent ! Il faut donc réagir au degré près.

Pour aider le démarrage du projet, il nous a paru intéressant de financer l’achat de matériel. Des devis vont être demandés. A suivre évidemment.

 

Connaitre et lutter contre les paradis fiscaux

illustration www.capdecoume.comUn diaporama sur les paradis fiscaux servira de support à l'exposé de Philippe Tournaud. Celui-ci, retraité actif, continue de diriger (à mi-temps) un cabinet de conseil en développement d'entreprises après avoir été directeur d'une société informatique. Il est membre du comité de pilotage de la campagne actuelle "aidons l'argent" anciennement campagne "Paradis fiscaux" du CCFD Terre Solidaire.

Comment ça s'appelle ? "PARADIS FISCAUX : ENFER POUR LES PAYS DU SUD". Où ça se passe ?  à la Maison de la Vie Associative, Les Défensions, AUBAGNE. Quelle date je note sur mon agenda ?  Jeudi 2 décembre de 20h à 22h !

Questions et discussion suivront afin de mieux comprendre pourquoi c'est un "Enfer" pour les pays du sud.

 

La soirée est préparée par le "groupe des 9 en pays d’Aubagne et de l’Etoile" : Africa culture, ATTAC, Casa-Tana-Réseau ASAFrance, CCFD Terre Solidaire, Chasaadd-France, Comét’ik, Kassumay, Groupe Peuples Solidaires-Pays d’Aubagne, Tabalé-Solidarité France-Afrique

 

 

Octobre 2010 : nous choisissons les "rousses à cou nu"

poule

Depuis cet été, nous avons picoré les informations pour faire avancer le projet "poussins". Voici où nous en sommes : Jérôme a consulté une vétérinaire qui participe à une association  de sauvegarde des races de poules anciennes dans le Vaucluse. Celle-ci recommande d’éviter les races à plumes noires auxquelles nous pensions précédemment : quand la température monte, les poussins s’étouffent. Une race à cou nu serait plus adaptée. Elle a posé la question au congrès des acouveurs en Bretagne à mi-octobre.

Résultat : les poules rousses à cou nu sont nominées. Il faudra juste appporter la preuve aux Camerounais que cette couleur de plume n'est pas réservée aux productrices d'œufs, comme le prétend la tradition (tradition qui prétend aussi que seules les poules blanches donnent de la viande).  

Nous savons aussi qu'il nous faut financer l'achat des poussins, mais aussi leur nourriture pendant 6 mois, période pendant laquelle ils ne se reproduisent pas encore. On continue à creuser !

Elisabeth Atananga, au Cameroun, est au courant et prépare un dossier vétérinaire qui va permettre la réception de l'envoi, à priori début 2011.

 

Juillet 2010 : Eclosion du projet "poussin"

Le projet "poussin" sera le projet de l'année 2010. Il consiste à financer l'achat de poussins pour démarrer l'élevage de poulet à M'Fou : la Chasaadd Cameroun vise en effet un objectif de 12 000 poulets sur 3 ans. Un poulailler existe déjà à M'Fou et ne demande qu'à être désinfecté et cloisonné. Une petite couveuse a également été financée par une association suisse autrefois. Sachant qu'une poule pond 250 œufs par an, et qu'un coq peut féconder 7 poules, nous avons commencé à faire un peu d'arithmétique. Jérôme doit creuser la question, mais c'est assez motivant. Nous pensons faire parvenir des poussins depuis un éleveur du Gers (les poussins peuvent voyager  deux jours sans boire ou manger). En effet, des élevages de poussins existent bien près de Yaoundé, mais les livraisons, trop tardives ou trop précoces, ne sont pas fiables. De plus, les races locales, trop consanguines, ne se développent pas bien : elles ne produisent que peu de chair comparé à la nourriture fournie.

Cet élevage permettrait de financer le centre de formation en sommeil depuis quelques années. Cette année, le gouvernement du Cameroun a reconnu l'intérêt du centre et va payer le salaire de deux enseignants pendant 5 ans. Cependant, il reste à trouver des ressources pour les autres dépenses du centre : hébergement, restauration et organisation... Et c'est là que les poulets interviennent ! Au bureau  du 21 juillet, nous avons d'abord imaginé payer le salaire d'une cuisinière, puis, il nous a paru que l'aide à l'élevage était plus propice à renforcer l'autonomie.

En 2010, nous poursuivons aussi le projet "banque de semences" et le projet "micro-crédit".

 

Juin 2010 : Nos objectifs réaffirmés

Lors de l'assemblée générale de juin 2010, nos objectifs ont été réaffirmés ... après avoir été débattus ! Cette confrontation entre le bureau de l'association et les "simples membres" est bien l'intéret d'une assemblée générale ! Au début, l'écoute était polie, mais c'est un beau dialogue auquel nous avons finalement abouti.

Parmi les questions posées : Sommes nous cohérents dans toutes nos actions ? Quelle réciprocité attendons-nous de la part du Cameroun ? Comment se situer entre des objectifs ambitieux et la limite de l'action concrète ? Au final, l'objectif de viser la souveraineté alimentaire a été réaffirmé : c'est terre à terre, c'est issu du local, c'est notre fondement. Et nous n'avons pas de modèle à imposer à ce sujet. A l'inverse, l'assemblée décline l'idée de participer à la mise en place d'une filière commerciale d'ananas, même équitable ! Même si la lecture des documents projetés n'était pas facile, c'est le travail sur "l'arbre des objectifs" qui a permis cet échange. Cette méthode a permis de positionner les différentes actions entre elles, de manière visuelle. Loin d'être figé, le travail doit se poursuivre. L'arbre doit pousser !

Par ailleurs, les rapport moral et financier ont été approuvés. Enfin, l'intérêt de trouver de nouveaux adhérents a été rappelé à tous : n'hésitez pas à faire connaitre l'association autour de vous ! Il suffit par exemple de mettre les coordonnées du site en signature de ses mails.

 

Avril 2010 : deuil et liens personnels

Jérôme est retourné à Mfou, malheureusement à l’occasion du décès de Raphaël, l’époux d’Elisabeth. C’est un séjour d’ordre privé, hors de l’action (et du budget) de la Chasaadd, mais les liens personnels comptent aussi dans ce projet de codéveloppement. Et le moment était suffisamment fort pour mériter un petit récit.

Après la veillée et la messe catholique, près de 2500 personnes, venues de plus de 30 villages, se sont rassemblées pour une prise de parole collective, et pour s’adresser au défunt. Le lendemain, le cercle proche (250 personnes tout de même) a effectué une retraite en brousse, notamment pour établir les nouveaux chefs de famille.

Après la mise en terre, la cérémonie de veuvage a pu commencer pour Elisabeth : elle a établi un petit étal de marché pour, symboliquement, rentrer dans le monde. Ce n’est qu’ensuite qu’elle a pu reprendre les rênes de la maisonnée. Enfin, après une nuit de veille, le rituel s’est achevé par une coupe –à zéro- de sa chevelure. La Chasaadd s'associe au deuil d'Elisabeth.

 

Janvier 2010 : Cambriolage

ordiProblème : les bureaux de la FOCAOB, l’organisme qui gère le micro-crédit à Mfou, ont été cambriolés ! L’ordinateur avec tout l’historique comptable s’est envolé… Il faut  redémarrer, en resaisissant les fiches de prêts, établies sur papier.

Solution : Jean, un des membres de la Chasaadd France, va leur donner un ordinateur, avec écran plat s’il vous plait. Et une dizaine d’autres ordinateurs sont annoncés, cédés par un chef d'entreprise client de l’AMAP. Il reste à les faire parvenir sur place, sûrement grâce à un beau-frère d’Elisabeth, Augustin. Celui-ci a travaillé autrefois comme chef d’escale d’Air Cameroun et a gardé des contacts à Paris. C'est la force du réseau-débrouille.

Par ailleurs, le FOCAOB a accepté l’idée soumise par Jérôme lors de son passage au Cameroun de faire ses sauvegardes régulières en ligne, sur un espace dédié de notre serveur internet.

 

Decembre 2009 : un coup de main pour les statistiques du microcrédit

Du 2 au 14 décembre, Joel Magne est au Cameroun et va visiter la Chasaadd. Joel Magne est un enseignant du lycée agricole de Marmillat, chef de mission Cameroun pour les lycées agricoles de France ; il va participer à la foire agricole de Yaoundé. Pendant son séjour, il a accepté de faire un détour par Mfou. Nous lui avons demandé en particulier d'aider Elisabeth à renforcer l'outil comptable formel pour disposer de données claires sur le micro-credit.

Bien sûr, on fait confiance à la Focaob, l'organisme local de micro-crédit ; l'état camerounais a en effet fait le ménage des organismes douteux en suspendant toute cette activité pour faire des audits il y a deux ans. Mais il nous manque une visibilité, selon nos normes françaises : quelles personnes a reçu quelle somme, et quels sont les calendriers de remboursement par exemple.

On avait plein d'idées de choses à demander, mais Joel Magne n'est pas notre chargé de mission, il nous donne juste un coup de main ! Il emmenera aussi avec lui des semences, offertes par un fournisseur adhérent de l'association : 5 kilos de graines de Gombos et 500 gr de graines de chicorée amère (une plante très appréciée). Elisabeth n'avait pu prendre avec elle lors de son passage.

 

 

Novembre 2009 : Signez la lettre ouverte contre la faim

 

Bonsoir à tous,

Je vous fais suivre la Lettre sur les politiques et actions pour éradiquer la faim et malnutrition à signer pour la CHASAADD France ou comme individu afin de contribuer à cette action citoyenne qui touche le monde et surtout le continent africain.

Elisabeth

 



Un milliard de personnes ont faim et ce chiffre augmente. Les femmes sont particulièrement frappées par ce fléau. Il faut de toute urgence changer de politiques et de types d'actions.

Les documents présentés ici fournissent des propositions de politiques et d'actions pour éradiquer la faim et la malnutrition. Ils ont été écrits à partir des expériences et du travail politique récent mais aussi des dernières décennies des mouvements sociaux, des organisations non gouvernementales (ONG) et de bien d'autres acteurs de part le monde. Le cadre de la souveraineté alimentaire, qui intègre le droit fondamental à une alimentation adaptée en constitue le fondement.

Signez la lettre ouverte et le résumé du document de travail !

Signez en tant qu'organisation | Signez comme individu

Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.         www.eradicatehunger.org

 

Septembre 2009 : Chasaadd France fait des avances (de trésorerie)

Au mois de septembre, la Chasaadd France a envoyé 1800 euros à la Focaob, la structure qui organise le micro-crédit à M’fou. Dans trois villages des environs, trois groupes de femmes ont pu bénéficier de cette trésorerie pour demarer un atelier de production agricole. Une coopérative a pu acheter aux producteurs de céréales et revendre aux éleveurs de bétail. Une personne a par ailleurs lancé un atelier de volailles.

Le remboursement doit se faire dans les mois qui viennent.

 


Page 5 sur 6